Quelques questions à se poser avant d’effectuer des implants dentaires

Un implant dentaire en perspective ? Recours très avantageux en effet pour rétablir l’anatomie dentaire. Opération simple à réaliser en plus, mais qui requiert une certaine préparation et des soins d’hygiène bucco-dentaires spécifiques. Avant de vous lancer dans l’aventure, voici les questions qu’il faudra soulever.

  1. Dans quels cas l’implant est indiqué ?

L’implant dentaire est une intervention chirurgicale qui consiste à placer dans l’os de la mâchoire une vis en titane qui remplacera la racine d’une dent manquante ou endommagée. Le but est de rendre corriger l’esthétique de la dentition et surtout, pour la rendre plus fonctionnelle.

L’opération d’adresse donc aux personnes développant une maladie dentaire  où il faut extraire la ou les dents abîmées, ou celles  qui désirent remplacer leurs dents perdues ou fracturées. Elle est également prescrite en cas d’anodontie et d’une croissance dentaire anormale. Mais dans ce cas, par contre, il attendre s’assurer que l’anégésie soit confirmée avant de procéder à l’implant.

  1. Pour qui l’implant est proscrit ?

Les personnes dont la qualité et l’épaisseur des os autour des dents n’est pas suffisante car une structure osseuse vulnérable peut compromettre la stabilité de l’implant.

L’implant dentaire n’est pas non plus conseillé aux personnes souffrant d’une maladie de la muqueuse buccale, de déchaussement, de sinusite, d’abcès sévère,  de pathologies cardiaques et diabétiques, de bruxisme ainsi qu’aux sujets sous traitement radiculaire et radio-thérapeutique. L’implant est également contre-indiqué en cas de toxicomanie et d’une  consommation importante d’alcool et de tabac.

  1. Comment se passe l’intervention ?

L’opération dure généralement entre 5 et 7 min mais plus de 20 min s’il faut greffer un os. Le patient va en fait être mis sous anesthésie locale pour que le chirurgien puisse extraire la dent endommagée, inciser la gencive, nettoyer l’os pour y perforer le trou où sera placé la racine artificielle. A la demande du patient, une prothèse temporaire peut être posée en attendant les 3 à 6 mois de cicatrisation. C’est seulement après que le bridge, la couronne ou la prothèse définitive peut être installée car l’implant dentaire sera bien enraciné.

  1. Quelles sont les complications éventuelles ?

Les plus fréquentes sont les risques anesthésiques car il arrive parfois qu’à cause d’une erreur de diagnostic, le patient manifeste une réaction allergique aux composants de l’anesthésie. Les risques  d’infection sont également à appréhender et surtout pendant la période post-opératoire. C’est pourquoi, il est capital de préserver une hygiène bucco-dentaire saine.